Marée noire dans les rues de Montreuil

Publié le par Karine Poulard & Nicolas Voisin


Les riverains d'un certain nombre de rues montreuilloises ont découvert au début du mois de juin les arrêtés municipaux plantés sur des cônes de signalisation les prévenant de travaux iminents sur la voirie et les invitant à garer leurs véhicules ailleurs. Ainsi, sans concertation préalable avec les habitants, et sans préavis sinon celui - assez expéditif - de ces arrêtés municipaux de voirie, la nouvelle municipalité a décidé de faire une surprise en rénovant plusieurs rues : rue Poulin, rue du Ruisseau et rue Victor Hugo derrière la mairie.

Après tout, pourquoi pas ? En ces temps de commémoration du joli mois de mai 68, passer une bonne couche d'asphalte sur les vieux pavés de Montreuil est plutôt dans l'air du temps !

Lors de la première semaine du mois de juin, donc, les automobilistes ont sagement été se garer ailleurs et les habitants de ces rues ont attendu les travaux dont l'arrêté annoncait qu'il dureraient une dizaine de jours. Cela promettait de la belle ouvrage, offrant à coup sûr une parfaite remise à neuf de la chaussée et des trottoirs.

Hélas ! Quelle déception !



En deux passages à peine - et à quelle cadence ! - les employés de l'entreprise choisie pour le chantier ont étalé une grossière et  épaisse couche noirâtre de bitume caillouteux, grattant d'un coup de balais ici les trop pleins, poussant là de quoi boucher les trous laissés par l'énorme machine... et sont repartis aussi vite qu'ils sont venus, laissant à peine le temps au goudron de refroidir.

Dès le lendemain, les bandes blanche des passages-piétons étaient repeintes. Et voilà le résultat :



Les trottoirs défoncés ont été oubliés... alors que c'est souvent là que les travaux étaient nécessaires.



Le bitume grossièrement étalé a complètement noyé les caniveaux, submergeant parfois les "bateaux" des sorties de garages, promettant dès la prochaine grosse pluie des débordements sur les trottoirs.

Bref, ont sent une certaine précipitation dans la réalisation de ces travaux qui n'ont manifestement pas coûté très cher. D'ailleurs, les employés de l'entreprise de travaux publics que nous avons interrogés nous ont confié qu'il s'agissait là de la prestation "de base" qu'ils avaient l'habitude de réaliser selon cette méthode, reconnaissant que la prestation était à la hauteur de son coût très bas : médiocre !

Il y a donc de quoi se poser des questions sur la réalisation de ces travaux d'urgence, mais ce n'est pas tout :

D'abord il y a aussi lieu de s'interroger sur le choix de ces rues plutôt que d'autres  : renseignements pris, il apparaît que le conseil de quartier n'a pas été sollicité pour programmer ces travaux. On pourrait admettre que des travaux de ce genre soient décidés en urgence par les services et les élus pour faire face à une dégradation soudaine et importante d'une rue... mais dans les trois cas cités, il ne s'agissait certainement pas des rues les plus dégradées de leur quartier. Alors pourquoi cette procédure expéditive court-circuitant la démocratie participative ?

S'il ne s'agit pas de travaux d'urgence - de sauvegarde - de ces rues, alors pourquoi avoir choisi la prestation la plus rudimentaire, et la moins chère (appelée "nappage") qui ne tiendra que quelques années et qu'il faudra refaire ? Les habitants de ces quartiers de Montreuil ne méritent-ils pas la même qualité de vie que celle, par exemple, de la rue Faidherbe, parfaitement rénovée l'an dernier. Déjà, les premières chaleurs du mois de juin ont fait apparaître dans les rues concernées des premières traces de "suées" de goudron très inquiétantes... Quel gâchis pour les finances locales.

Nul doute que les habitants exprimeront ces interrogations lors des prochaines réunions du conseil de quartier... Et que les élus compétents répondront.

A suivre, donc...

Par Karine Poulard & Nicolas Voisin

Publié dans Dans ma rue...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

karine 03/07/2008 11:08

Et oui il ne s'agit pas ici de remettre en cause le travail des services qui est loin d'être simple dans un domaine comme celui de la voirie. Bien entendu ce n'est pas non plus un problème liée à l'entreprise.
Non ce qui est en cause dans cette affaire c'est le manque de concertation dans le choix des travaux à faire, le manque d'information des riverains de ce qui est en cours dans leur rue.
Pour répondre à nelly, qui nous demande un peu de décence, je dirais simplement que nous n'avons jamais revendiqué d'etre parfaits. La voirie de montreuil est très étendue (120 km de rues) et par endroits fortement degradée et son entretien est difficile. Mais la nouvelle équipe à repeté pendant ces dernières années et plus particulièrement pendant la campagne que nous étions nuls et qu'ils seraient bien meilleurs ! Eh bien nous attendons ! pour l'instant force est de constater que les choses sont loin de s'améliorer. Tout comme j'attends les concertations promises par les chantres de la democratie que sont nos nouveaux élus.
Pour finir. Non serge, je n'ai pas choisi l'entreprise qui a fait les travaux, c'est la commission d'appel d'offre qui l'a fait. Commission à laquelle siégeait d'ailleurs fabienne vansteenkiste la nouvelle élue à la voirie.

serge 03/07/2008 10:21

Quel culot!
L'entreprise qui effectue ces travaux a été choisie par l'ancienne municipalité et notamment l'élue à la voirie, une certaine... Poulard Karine! Rédacteurs de ce blog, encore un effort pour être honnêtes!

Jacques 23/06/2008 22:30

ce qui me surprend c'est plutot le manque de concertation.
en effet certaines des rues qui ont été refaites sont des vraies routes de rallye pour un certain nombre d'excités du volant mais aussi des espaces de jeu pour les enfants du quartier. je pense que des ralentisseurs auraient été de bon aloi permettant ainsi d'assurer la sécurité des riverains. la nouvelle municipalité nous avait promis plus de démocratie c'est qui a en partie déterminer mon choix or là il n'en est rien, je suis déçu

Laurence 23/06/2008 22:04

En réponse au commentaire précédent, je ne vois pas de remise en cause des service municipaux ni de la société de travaux qui a réalisé les rues. Ils font bien le travail qu'on leur demande, et c'est le commanditaire qui est en cause, pas eux. J'habite ce quartier (Marché Barbusse) et j'ai moi aussi été surprise par cette facon de faire. C'est vrai que l'état de la voirie n'était pas le fort de la précédente municipalité, mais au moins, quand il y avait des travaux, c'était bien fait. Là on a vraiment l'impression d'une rustine mise pour faire un signe électoral!!!!! On verra bien dans deux ou trois ans l'état de ces rues, mais c'est vrai qu'il y a de quoi s'inquiéter. Et les trottoirs, c'st pour quand?????????

corbille nelly 23/06/2008 19:05

Quelle désolation de vous voir polémiquer ainsi! La rue Condorcet a elle aussi, eu son heure... de gloire, il y a un an ou 2, des trous géants dans les trottoirs, béants durant plusieurs mois ( entre 6 et 8 mois) alors que vous étiez aux commandes, mesdames, messieurs! Vous préoccupiez-vous , à l'époque, des mères de famille et de leurs poussettes, de la dame aveugle qui remontait la rue en se prenant les pieds dans les barrières? Un peu de décence, svp! Vous vous trompez de cible, par cet article vous enfoncez les salariés des entreprises du BTP et les agents municipaux.
Espérant bénéficier de l'ouverture d'esprit de votre modérateur pour la publication de ce commentaire.