Colère aux Ruffins

Publié le par Théo Ruffins en Sueur

 

Pas de local et pas de respect pour les associations des Ruffins!

 

Le devenir du local situé au dessus de la Poste des Ruffins date d’au moins 5 ans depuis le déménagement du centre des impôts à Vincennes. Ce local vide de 300 m2 au 1er étage et ses 150m2 en sous –sol sont la propriété de l’OPH de Montreuil.

Au vu des infrastructures sociales, culturelles et associatives qui manquent cruellement dans cette partie Est de la ville, il était envisagé à la veille des élections municipales de 2008 par l’ancienne municipalité de monter un projet pour que ce local reprenne vie en associant les acteurs du quartier, citoyens et associations, mais également des acteurs sociaux comme des permanences d’assistantes sociales ou autres démarches administratives notamment d’état civil car il n’est pas toujours aisé de prendre sa voiture ou le bus pour descendre en ville. Bref, l’idée étant de recréer une vie de quartier de proximité, le local de la place du marché n’y suffisant pas.

Mais voilà le changement de municipalité s’imposa (démocratiquement) et de fait le projet ne fut plus d’actualité. Fabienne Vansteenkiste, déléguée du quartier des Ruffins, lors d’une réunion de conseil de quartier exprima explicitement le refus de la Mairie. (au bout de 6 mois de relance !). En effet, ce projet avait bien évidemment un coût, celui de 640 000€, pour mettre aux normes ce local alors destiné à accueillir de nouveau du public. Le monte-charge pour permettre l’accessibilité de tous grevait la majeure partie du budget. Et puis on nous explique que la mairie annexe sera sur la place du marché et qu’il suffira de prévoir une salle polyvalente pour pouvoir nous réunir, ce nouveau projet allant de pair avec le futur passage du tramway. Seulement les habitants du quartier et l’association de quartier Ruffins/Th.Sueur expriment leur mécontentement : le besoin n’est pas celui proposé, c’est de salles plus grandes pour accueillir davantage d’enfants au soutien scolaire, de femmes au cours d’alphabétisation, des jeunes et moins jeunes au cours d’informatique pour apprendre à faire un CV, à rechercher les offres d’emploi par exemple sur internet, etc… Egalement de créer de nouvelles activités culturelles comme des cours de poterie pour les petits, des cours de danse pour les ados. La demande des personnes du quartier est criante, venez leur parler et interrogez-les, tous vous diront qu’ils veulent eux aussi une maison de quartier à l’image de Lounès Matoub.

L’association de quartier Ruffins/Th.Sueur poursuit donc ses activités tant bien que mal à la fois dans le local de la place du marché et dans un petit local situé au rez-de-chaussée du 1, rue des Ruffins, qui appartient aussi à l’OPH. Seulement, l’OPH a besoin de récupérer ce local pour en faire un studio. Du coup, l’OPH propose à l’association fin mai 2010 de déménager dans le local au dessus de la Poste courant novembre. D’autres associations recherchent des locaux, ça tombe bien, tout le monde est d’accord pour partager cet espace. Cette fois-ci le coût est largement moindre, seuls des travaux de rafraichissement sont à faire : peinture, électricité aux normes, accès ADSL, sanitaires.

Parfait ! Mais pas pour la municipalité qui s’oppose à ce second projet de l’OPH. L’ensemble des personnes concernées et les associations l’apprendront d’un simple mail de Patrick Petitjean, adjoint à la vie associative, envoyé à une seule et unique personne de l’association de quartier, qui relaiera ce refus fin octobre, soit 15 jours à peine avant l’emménagement prévu depuis 5 mois.

Coup de massue bien sûr et coup de colère cela va de soi ! Tant sur le fond que sur la façon de traiter un tel projet et les personnes qui sont derrière celui-ci.

Demande d’explication avec notre déléguée de quartier lors de l’une de ses permanences un samedi matin sur le marché, et là Fabienne Vansteenkiste répond qu’elle n’était au courant de rien pour le local, qu’elle a tout appris il y a 2 jours, et notamment qu’il y aura une épicerie solidaire, décision actée par Murielle Casalaspro, adjointe aux solidarités et aux affaires sociales.

On comprend donc que les élus de la majorité ne se tiennent pas informés, car Daniel Mosmant, adjoint au logement, lui était bien au courant de tout cela.

Déconcertant, navrant…vraiment !

Aucune concertation avec les habitants du quartier, sur cette épicerie solidaire alors que la majorité municipale clame la démocratie participative. Comme ça, cela peut être une bonne idée, mais nous a-t-on demandé notre avis ? Non. Est ce le besoin premier du quartier ? Pas sûr. Alors face à la fausse bonne idée de la charité bobo verte qui est certaine de savoir ce qui est bien et bon pour la majeure partie des familles populaires des Ruffins, je reste perplexe. D’autant plus, qu’aussitôt annoncé, aussitôt terminé l’épicerie solidaire, ben oui le monte-charge à quelques 300 000€, si ce n’est plus, coûte toujours aussi si cher ! Donc pas d’épicerie au dessus de la Poste, ce sera ailleurs… Bon très bien, et après ? Depuis le refus de fin octobre, rien, nada, pas de nouvelles…

Alors finalement à qui ira le local au dessus de la Poste des Ruffins ? Ca, personne ne le sait ! Une chose est certaine: ce ne sera ni l’association de quartier Ruffins/Th.Sueur, ni l’amicale des locataires de la cité de la Poste, ni les Jardins du Cœur. Et pourquoi ? J’ai mon idée mais comme tout le monde, j’attends une réponse officielle par courrier, argumentée et explicite.

 

Commenter cet article