Contre l’austérité : le recours au peuple

Publié le par Laurent Abrahams

 

photo-laurent.JPG Le 6 mai dernier, le peuple français a élu un nouveau président. François Hollande s’est alors félicité du soutien des Français qui lui avaient confié les commandes de l’état pour cinq années. Ce choix souverain a été confirmé un mois plus tard avec une majorité accordée au Parti Socialiste qui cumule, dès lors, le contrôle de l’Assemblée, du Sénat, de la plupart des régions, d’une bonne part des départements et de nombreuses communes.

Pourtant, à peine élu, en dépit de sa promesse de renégocier le « Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance », écrit par les équipes de Nicolas Sarkozy et Angéla Merkel, le président des Français se plie aux marchés en demandant à sa majorité de légiférer sur l’austérité. Il semble donc que François Hollande n’ait  pas assez de sa majorité parlementaire pour résister.  En tant que partisan du Front de Gauche, je lui conseille d’avoir recours au peuple.  Ce même peuple qui était capable aux yeux du président de faire le bon choix il y a cent et quelques jours.

 Le peuple peut faire sienne les questions les plus complexes, en 2005 une immense majorité des français s’est emparée du traité de constitution européenne pour le décortiquer, le critiquer, le discuter.  Cette campagne, bien que le  résultat fût  piétiné par le pouvoir représentatif, a laissé des traces. Le front de gauche, héritier, de cette agitation a décidé de redonner de la voix à ce peuple en réclamant que la question de la « règle d’or » lui soit soumise.

Il ne s’agit pas là pour le front de gauche de jouer les mauvais perdants face au président et sa majorité, mais de permettre au peuple français de conserver les moyens d’agir sur son avenir. Les politiques d’austérité qui ont suivi la crise financière ont toutes donné des résultats catastrophiques pour les populations. Les habitants  de Grèce, d’Espagne, du Portugal, de l’Italie, de Bulgarie, de Lettonie, de Roumanie subissent baisses de salaires,  de protections, de droits… Est-ce que c’est le changement  que nous propose le président?

 François hollande peut compter sur le peuple français pour l’aider à tenir cette promesse de campagne. En soumettant la ratification du traité à un référendum, il pourra, en cas de réponse négative,  s’assoir à la table des négociations avec nos partenaires européens, fort de la parole souveraine des français.

Parce que la démocratie, comme l’intelligence, ne s’use que lorsque l’on ne s’en sert pas exigeons un référendum sur le traité européen en venant marcher à Paris le 30 septembre.

Laurent Abrahams

 

nonautraite.jpg

Publié dans Coups de calcaire...

Commenter cet article