Intervention de Nathanaël Uhl au congrès du Parti de Gauche

Publié le par Nathanaël Uhl

congres smallChers camarades,

Initialement, je voulais intervenir sur l'enjeu de l'élargissement du Front de gauche et, plus particulièrement, sur la nécessité de lancer en grand les partisans du Front de gauche. Et puis, ce matin, une rencontre avec des journalistes m'a amené quelques réflexions que je veux partager avec vous.

 
Tout part de cette remarque d'une journaliste estimant que Jean-Luc Mélenchon se montre "agressif"... Je ne pense pas qu'il s'agisse d'agressivité mais de l'expression d'une saine colère.

De quoi parlons nous ? La droite est entrée dans une nouvelle étape de radicalisation idéologique que nous diagnostiquons à bien des égards comme une forme de "thatcherisation". Profitant de la capitulation en rase campagne de la social-démocratie, cette réaction se fixe comme objectif l'élimination, l'éradication, du mouvement social et de ses organisations syndicales et politiques ! C'est avec cette analyse que l'on comprend mieux l'attitude de la droite durant la bataille pour les retraites.

Voilà qui alimente la colère d'une majorité de notre peuple, colère qui confine à la rage. Cette rage, noire pour l'heure, qui peut virer au rouge détruisant tout sur son passage !

Je partage cette colère - et je suis sûr que vous tous ici aussi la partagez. Elle est même notre raison d'être ! Je souhaite pour notre parti qu'il soit le creuset de cette colère, son étendard, son débouché.

Je veux conclure en paraphrasant Villiers de l'Isle-Adam évoquant la Commune de Paris, une autre expérience creuset : "la gauche a survécu. Le soleil brille sur la Révolte.
L'indomptable Liberté s'est relevée, chancelante mais appuyée sur tous ses drapeaux rouges.»

 

nath_congres.jpg

Commenter cet article