« Est – Ensemble »… pour la gestion publique de l’eau ?

Publié le par Juliette Prados

ju2.jpgJeudi 26 novembre, le conseil municipal de Montreuil était appelé à adopter les statuts de la future communauté d’agglomération : « Est Ensemble ».

 

Dominique Voynet nous a rappelé l’importance de la mise en place de cette communauté d’agglomération au moment même où l’Etat mène une politique agressive à l’égard des collectivités territoriales, attaquant « l’alternative que représentent aujourd’hui la plupart de ces collectivités à la politique généralisée de privatisation et de mise à sac des services publics », et s’est félicitée des orientations politiques présentées dans le texte fondateur élaboré par les neuf maires de la communauté d’agglomération.

 

S’il est vrai que nous ne pouvons que nous satisfaire des intentions affichées dans ce texte, il n’en reste pas moins que leur application concrète reste encore floue, et que nous sommes en droit de nous interroger sur les moyens réels que se donnera l’agglo pour défendre les principes républicains qu’elle prône par ailleurs.

 

Les élus et citoyens de Montreuil et des huit autres communes concernées doivent être vigilant et ne doivent pas hésiter à interpeller leurs représentants sur les politiques concrètes qu’ils souhaitent voir s’appliquer dans le cadre de cette agglomération en construction… J’y reviendrai régulièrement dans ce blog.

 

La compétence « eau » est transférée… pour quoi faire ?

 

Parmi les compétences transférées à la communauté d’agglomération, dont  la présentation de ces statuts nous a permis de prendre connaissance, l’eau figure au rang des compétences optionnelles. Lors de sa présentation, Dominique Voynet a rapidement classé la question de l’eau parmi les compétences techniques. Or, le service public de l’eau est un sujet éminemment politique, et le passage de Montreuil en EPCI définit un nouveau cadre qui devrait au contraire nous obliger à prendre à bras le corps cette question.

 

J’ai donc interrogé la Maire pour connaître la teneur des discussions menées sur le sujet avec les huit maires, et notamment la position qu’elle-même défendait.

 

En mai 2008, déjà, à quelques mois du renouvellement des représentants au Syndicat des Eaux d’Île-de-France, je l’avais interpellée sur la question du service public de l’eau. Madame Voynet avait assuré qu’elle mènerait la bataille pour permettre un passage en régie publique, et en effet nous avions été régulièrement informés de ses interventions, courriers, déclarations en ce sens… Une réunion publique avait même été organisée suite à une pétition ayant recueillie de nombreuses signatures de citoyens montreuillois.

 

Or, les élections passées et Santini réélu à la tête du SEDIF, Madame Voynet semble avoir tourné la page, se résignant à la défaite dans cette bataille, et écartant tout solution alternative, arguant du fait que nous ne pouvions, seuls, sortir du SEDIF.

 

Aujourd’hui, nous ne sommes plus seuls. Mieux, le passage à l’EPCI nous oblige a reconsidérer notre rapport avec le SEDIF, car avec le transfert de la compétence « eau », c’est désormais à la communauté d’agglomération de décider si elle adhère au SEDIF ou si elle décide d’envisager une autre voie.

 

Il reste un an avant la conclusion de la négociation du contrat de délégation de service public actuellement détenu par Véolia. Monsieur Santini, président du SEDIF depuis 25 ans, a verrouillé l’an dernier cette pseudo-négociation, en faisant voter par le conseil du syndicat le principe d’une gestion privée ! Mais avec la mise en place de la communauté d’agglomération « Est Ensemble », une formidable occasion juridique et politique est offerte pour permettre un autre mode de gestion de l’eau sur notre territoire, a fortiori lorsque les questions environnementales et sociales sont affichées comme les priorités présidant aux actions de l’agglomération.

 

Il est impensable, alors que Paris est en train de réussir le passage en régie publique, que le sujet n’ait pas été évoqué lors des nombreuses réunions de mise en place d’Est Ensemble ; il est donc essentiel que nos concitoyens puissent être informés de ces discussions, qui les concernent tous quotidiennement… Tout comme il est essentiel de mener ensemble la bataille pour un réel service public de l’eau.

 

Pour le moment, Madame Voynet n’a pas répondu à ma demande… Nous en reparlerons lors du prochain conseil municipal.

 

A lire sur ce thème, l'article de Nicolas Voisin...

Commenter cet article