Gestion de l'eau : rouvrons le dossier !

Publié le par Rédaction 93100 Dessus Dessous

(tribune des élus RGC-PG parue dans le dernier Tous Montreuil)

ju2.jpg C'est l'une des premières polémiques à laquelle la toute jeune communauté d'agglomération Est-Ensemble a eu à faire face : fallait-il, oui ou non, adhérer au Syndicat des Eaux d'Île-de-France et reprendre pour 12 ans de Véolia ou profitait-on de l'opportunité pour mettre en place un véritable service public de l'eau sur les communes concernées...

Pour D. Voynet, l'affaire semblait entendue : si les élus de l'agglomération Est-Ensemble choisissait de retourner dans le giron du Sedif, promis, elle mettrait tout en œuvre pour que Montreuil et Bagnolet se sortent de ce piège et créent leur propre régie publique.

Mais les promesses n'engagent que ceux qui y croient, et deux ans plus tard, les Montreuillois continuent de remplir les poches des actionnaires de Véolia à chaque verre d'eau bu !

De leur côté, les élus socialistes de l'agglo, B. Kern en tête, qui avaient tous dit haut et fort leur volonté de passer en régie publique, mais voté l'inverse, se gardent bien d'évoquer le dossier... Kern avait pourtant promis la mise en œuvre d'une étude sur la faisabilité d'une régie publique. Aux dernières nouvelles, les choses traînent, et nous ne devrions connaître les résultats de cet étude que dans un an... au moins ! Gageons qu'une fois de plus, les citoyens devront faire preuve de persévérance pour en prendre connaissance !

Car les citoyens sont bien les grands perdants de cette histoire. L'agglo, après avoir « oublié » d'organiser les réunions d'information auxquelles elle s'était engagé, les a traité comme des voyous en puissance lors du Conseil de communauté qui délibérait sur l'adhésion au SEDIF, en novembre 2010. Au point que la Coordination Eau Île-de-France a déposé un recours au tribunal administratif pour invalider le vote, au motif que plusieurs dizaines de personnes ont été empêchées d'entrer dans la salle ce soir là. Le jugement sera rendu à la fin du mois. Quelle que soit son issue, une chose est certaine : il est urgent de se remobiliser pour une véritable gestion publique de l'eau !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article