La Laïcité, une nouvelle fois bafouée par Nicolas Sarkozy

Publié le par Yves Pras

Yves Pras"Chrétiens, juifs et musulmans...  Ainsi débute le dernier paragraphe de la tribune de Nicolas SARKOZY dans le quotidien « le Monde »  daté du 9 décembre 2009. Puis plus loin, il est question de la foi et de "croyant quelle que soit sa croyance". Il s'est refusé à écrire "croyant ou non- croyant". C'est clair:pour le président de la République, les non -croyants n'existent pas puisqu'ils sont exclus de sa liste alors que les autres sont nommés. Il ne s'agit pas d'un oubli. C'est bien la suite du discours du Latran. Notre Président ignore ou veut ignorer la moitié ou plus des Français qui ne partagent pas sa foi catholique affichée.

 

Pas de non-croyants en France selon le président de la République

On peut comparer ces déclarations sarkosiennes au discours d'investiture du président des Etats- Unis, le 21 janvier 2009, disant :"Chrétiens, juifs, musulmans et non-croyants"... Alors qu'il est soumis à de nombreuses pressions de la part d'organisations religieuses puissantes et très actives, Barak OBAMA n'a pas oublié, lui, de mentionner l'existence des non-croyants aux USA où ils sont pourtant bien plus rares qu'en France.

En fait, il y a plus grave que les propos de Nicolas SARKOZY. C’est le discours ambiant de la plupart des médias qui présuppose en fait, la croyance comme seule normalité. L'existence des non-croyants est abolie  Ainsi, dans notre société tout ce qui n'est pas nommé n'existe pas. Par exemple, pour deux bonnes émissions sur Darwin et sur le Big Bang, des centaines d'autres  ignorent toutes le matérialisme philosophique. Comme dans bien d'autres pays (Pays musulmans ou Vietnam entre autres) il devient implicitement anormal, en France, de ne pas avoir de religion.

Il n'y aurait pas non plus de non-croyants en Europe

L'article 10 de la Charte des droits fondamentaux énonce le droit de changer de religion. Lors de sa discussion plusieurs ONG européennes (dont le CAEDEL Mouvement Europe et Laïcité) ont mené campagne durant des mois pour que soit également inscrit le droit de ne pas avoir de religion. Mais certains, surtout parmi les partisans de la Laïcité, à l’époque appelée plurielle et devenue positive par les vertus du Président de la République, ont soutenu que c'était inutile. C’est manifestement faux, et la liberté de conscience de chacun, c’est d’avoir une religion ou ne pas en avoir, et c’est la possibilité de changer de religion ou de devenir athée ou agnostique. Comme c’est la liberté absolue de conscience d’un athée d’embrasser une religion….

La Laïcité, c’est ce qui garantit à chaque individu, le droit de croire ou de ne pas croire. Sans répression, sans poursuites… La Laïcité unit dans la diversité… Croyances et foi sont de la responsabilité individuelle de chacun, ce qu’on appelle sa « sphère privée ». Nous n’avons pas à savoir si notre voisin, si l’enseignant de nos enfants, si le juge du tribunal sont de telle ou telle confession ou s’ils n’en ont pas. Pas plus qu’ils n’ont à savoir quelles sont nos opinions ou celles de nos enfants.

Il est du devoir d’un chef d’Etat, il est du devoir de chaque élu, chacun à son niveau, de faire respecter cette liberté fondamentale, ce droit imprescriptible de l’Humain. Certains discours nous en éloignent.

Publié dans Coups de calcaire...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Titouan 25/01/2010 08:21


Je trouve que vous faites du bruit pour pas grand chose ! N'avez vous donc rien d'autre à faire que de chercher les hypothétiques arrières pensées du Président ? Instaurez donc des débats sur
quelque chose de productif !