La précarité tue… à Montreuil aussi !

Publié le par Groupe RGC-PG

Tribune des élus "Rassemblement de la Gauche Citoyenne et Parti de Gauche"

 

Danièle CREACHCADEC, Gaylord LE CHEQUER et Juliette PRADOS

 

Il aura fallu que le malheur s’abatte sur la rue Parmentier et les familles qui occupaient un logement insalubre pour que le sort réservé à ceux que l’on n’entend jamais - les sans voix et les sans droits - transperce le mur du silence et de l’indifférence.

Pourtant, le dernier rapport de la Fondation Abbé Pierre rappelait avec gravité ce que nous savons tous : « La crise du logement, ne s’est pas effacée et est toujours aussi prégnante. Oubliée un temps par les responsables politiques qui […] ont eu comme priorité de soutenir l’appareil économique et financier, elle ressurgit aujourd’hui avec son lot de difficultés et de souffrances pour les plus modestes […] ou les classes moyennes ».

Il n’est pas question de polémiquer sur le dos des victimes et de la détresse, bien au contraire. Il est temps de réfléchir et d’agir concrètement pour que nos décisions politiques soient à la hauteur de l’enjeu et de la crise.

Alors que l'Etat brille par son désengagement et fait preuve d'une défaillance honteuse en terme d'hébergement d'urgence, les collectivités territoriales doivent se mobiliser pour défendre les droits des mal logés, interpeller le gouvernement et prendre les dispositions nécessaires à la protection de leurs administrés.

C’est pourquoi, au moment où se décident, à Montreuil, avec le PLU, les grandes lignes de la politique du logement pour les 30 années qui viennent,  il convient de se poser la question de savoir si les mesures prises sont de nature à protéger les plus démunis et à répondre aux besoins sociaux.

Pour nous, certaines de ces mesures nous apparaissent insuffisamment protectrices principalement en ce qui concerne la part de production de logements très sociaux et la maîtrise des prix du foncier qui explosent plus que partout ailleurs. L’élu en charge du logement a ouvert une voie intéressante en faisant voter notre proposition d’arrêté municipal interdisant les expulsions locatives. C’est insuffisant mais c’est en ce sens qu’il faut continuer d’agir.

 

Publié dans Du côté des élus...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article