Politique municipale : la tension monte à Montreuil...

Publié le par Juliette Prados

ju2.jpgNous avons pris connaissance aujourd’hui d’un communiqué du groupe Gauche Unie et Citoyenne – que nous reproduisons ci-dessous - qui pointe le mécontentement des Montreuillois face à l’hermétisme dont font preuve Madame Voynet et ses élus.

En tant qu’élus de la minorité, nous avons souvent eu à déplorer cette attitude : tout désaccord est forcément polémique, toute proposition forcément cynique, toute contradiction forcément politicienne…

Seulement, depuis quelques-mois, force est de constater que ce ressenti s’étend à l’ensemble des acteurs de la ville, qu’ils soient militants associatifs, agents de la ville ou simples citoyens.

Chaque jour, je suis interpellée par des habitants qui s’insurgent contre les décisions prises, contre leur opacité, contre l’absence de dialogue.

L’état du marché de la Croix de Chavaux, les décisions en matière de stationnement, la gestion de la question des Roms, la baisse de subventions à l’égard de certaines structures culturelles, l’augmentation annoncée des tarifs du Méliès, la suppression du ramassage des encombrants, les difficultés des conseils de quartier… sans parler de l’affaire des centres de santé, pour laquelle l’inquiétude reste encore vive !

Sur ce dernier point, les élus de la minorité souhaitent qu’un véritable dialogue s’engage enfin, et que la concertation préside à la mise en place d’un véritable plan local de santé, encore inexistant.

Espérons que la majorité saura se saisir de cette proposition (sur laquelle nous reviendrons bientôt), et démontrer, enfin, que la volonté de concertation n’est pas qu’une belle promesse de campagne !

 

MADAME VOYNET, ENTENDEZ-VOUS LA COLERE QUI GRONDE ?

Communiqué du groupe Gauche Unie et Citoyenne

 

C’est un constat permanent que nous faisons depuis le début du mandat, l’équipe de Dominique VOYNET refuse d’entendre et de prendre en compte la parole des habitants, des forces vives de la ville (associations, organisations politiques et syndicales, etc), des employés communaux ou encore des conseils de quartiers. Elle écoute encore moins les mises en garde des élus de la minorité qui mesurent et rencontrent le mécontentement grandissant dans la ville.

 

L’élue en charge de la démocratie locale s’apprête à verrouiller et à contrôler la libre parole des habitants qui a toujours été de mise dans les conseils de quartiers de la ville. Elle entend imposer les contrôles à priori, la relecture et la réécriture des comptes-rendus des réunions des conseils de quartiers. Elle décide contre l’avis de la Coordination des conseils de quartiers. Drôle de méthode pour l’élue en charge de favoriser l’expression des habitants ! La salle de réunion de l’hôtel de ville, dédiée aux conseils de quartiers a été réaffectée sans préavis et sans qu’une autre salle n’ait été prévue à ce jour.

 

L’élu au personnel continue de mépriser les agents de la ville, les organisations représentatives du personnel communal et les élus au sein des instances consultatives, tel que le Comité Technique Paritaire. Les congés maladies se multiplient, les démissions dépassent le cadre des mouvements naturels dans la fonction publique territoriale, les témoignages d’agents, cadres et directeurs poussés à la porte sont foisons tout comme les témoignages de pressions morales inadmissibles.

 

Nous le pointons régulièrement, depuis plusieurs mois, car les risques d’envenimement de la situation nous semblent réels.

 

L’élu en charge de la question des ROMS manie les accusations et les amalgames plus que douteux dès lors que des riverains, des habitants ou des collectifs et associations l’interpellent sur sa gestion désordonnée de la situation. Les voix se font de plus en plus fortes, de plus en plus nombreuses et variées. Il fait mine de ne pas entendre !

 

Ces situations ne sont que quelques exemples pris au hasard. Les sujets et les problématiques sont toutes différentes les unes des autres mais un fait est commun à tous : la municipalité reste sourde aux appels à l’écoute, au dialogue et à la concertation.

 

Dominique VOYNET prend la ville, ses habitants et les agents communaux à rebrousse-poil. Cela fait bientôt deux ans que ça dure. Il est grand temps d’ouvrir les yeux et surtout d’écouter et de répondre à la colère qui gronde et qui s’exprime de plus en plus ouvertement. Il est grand temps de changer de cap !

 

 

Commenter cet article