Pour une "politique agricole" à Montreuil ? Et pourquoi pas ?

Publié le par Joël Nayet & Nicolas Voisin

A l’occasion de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, le Parti de Gauche publie ce document de quatre pages « Pour une politique agricole au service de l’intérêt général » (voir ci-dessous).


Il propose, en pleine campagne pour les élections régionales, d’imaginer une véritable révolution du modèle de production, de distribution et de consommation des produits de l’agriculture, que pourrait impulser la gauche se retrouvant à la tête de la quasi-totalité (voire de la totalité) des régions dans quelques semaines.


Dans un pays dont plus de 80% de la population est urbaine, il ne faudrait pas croire que ces propositions n’intéresseraient que les régions dites « rurales » et que la Région Île-de-France ne serait pas concernée.


Il ne faut pas oublier que Paris et sa banlieue sont au cœur d’une des principales régions de production agricole, archi-dominée par le modèle productiviste et industriel, contrôlé par les grands groupes financiers de l’agro-alimentaire. Il ne faut pas oublier non plus qu’avec sa concentration démographique, Paris et sa banlieue constituent le principal pôle du système capitaliste actuel de distribution et de consommation alimentaire, fondé sur une surconsommation délirante développée par les filières de grande distribution, imposant une dictature des prix tant aux consommateurs qu’aux producteurs qui ne sont pas encore tombés sous leur contrôle direct et tirant profit de la détérioration accélérée des terres que nous léguerons aux générations futures.


Bref. La région Île-de-France est directement impliquée, et comme le dit ce document, dans ce secteur aussi « une autre politique est nécessaire et possible ».


A Montreuil, la mémoire de la glorieuse histoire horticole est encore bien vivante (comme l'histoire ouvrière...), incarnée par d’héroïques militants qui s’efforcent depuis des années de faire vivre la réalité bien concrète d’une activité agricole sur le site des Murs à Pêches. Celle-ci ne saurait être pour nous réduite à l’illusion d’un « musée patrimonial », sorte de jardin d’agrément justifiant l’inflation foncière d’un quartier se débarrassant de sa population économiquement modeste et s’ouvrant exclusivement à des habitants privilégiés profitant d’un environnement bucolique. Sur ces parcelles pourrait au contraire être développée une activité économique – modeste, certes,  mais bien réelle – fondée sur des projets pédagogiques (le lycée horticole), sur des projets associatifs, sur des chantiers d’insertion comparables à celui qui a été sacrifié récemment par la mairie de Montreuil sur l’autel du réalisme économique, et pourquoi pas sur des coopératives horticoles de production appuyés sur des circuits courts de distribution (type AMAP)… autant de contre-modèles permettant de faire avancer, dans la réalité comme dans les esprits, un autre modèle de société ?


A suivre… donc.

 

Cliquez sur les images pour agrandir...

PG Agriculture1

PG-Agriculture2.jpg

PG-Agriculture3.jpg

PG-Agriculture4.jpg

Publié dans Des idées à la pelle

Commenter cet article