Rififi dans la majorité ? Il faut du neuf à gauche !

Publié le par Juliette Prados

Jeudi 24 septembre 2009, le Conseil municipal de rentrée à Montreuil s’est ouvert sur l'élection de trois nouveaux maires-adjoints, « délégués aux quartiers ». La Sénatrice Maire Dominique Voynet a ainsi présenté une seule liste au nom de la « majorité » municipale. Celle-ci comprenait Mesdames Claire Compain, Véronique Bourdais et Monsieur Gilles Robel.

Provoquant manifestement la surprise de Madame la Sénatrice Maire, Monsieur Francois Miranda, membres de la majorité, mais faisant partie de l’entourage de Madame Mouna Viprey, a demandé un vote à bulletin secret. Résultats : 24 exprimés, 29 blancs et nuls. Madame Voynet a provoqué immédiatement une interruption de séance pour « réunir la majorité municipale » dans une ambiance glaciale.


A peine un an et demi après son élection, la majorité politique de Dominique Voynet semble déjà se fissurer.

Il apparaît de plus en plus évident que l’orientation politique floue défendue en 2007 par cette coalition, vaguement sociale-démocrate et environnementaliste, se réclamant de la gauche, mais lorgnant franchement vers le centre, et ayant bénéficié d’un report de vote d’une partie significative de la droite lors du deuxième tour en 2007, ne constitue pas un socle homogène. Les flottements se multiplient dans les décisions municipales, les contradictions aussi.


Cet incident, public, en pleine séance du Conseil Municipal, n’est que le dernier d’une longue série de péripéties qui marquent la vie de la « nouvelle » municipalité montreuilloise. Ceux-ci se durcissent au fur et à mesure que les prochaines élections approchent, aiguisant les ambitions électorales personnelles au sein d’une coalition fragile qui n’a su s’unir que sur la base d’une volonté commune de battre le précédent maire lors des dernières élections.


Oui, il faut du neuf pour la Gauche à Montreuil ! Afin que l’attachement majoritaire et profond de la population montreuilloise aux valeurs de la gauche sociale, écologique, républicaine et laïque ne s’use pas à cause de ces querelles personnelles et de ces aventures politiciennes. Il faut du neuf, et le Front de Gauche, qui a su rassembler de nombreux électeurs lors des dernières élections européennes, peut ouvrir une réelle perspective. A Montreuil comme ailleurs, pour éviter à la gauche de sombrer dans l’éternel désordre des primaires ultra-pipolisées et des œillades vers le centre, qui font le bonheur de Sarkozy, le Front de Gauche doit s’affirmer et s’élargir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article