Ils veulent tuer Darwin

Publié le par Nicolas Voisin

Pourquoi le PG s’intéresserait-il au 150ème anniversaire de la publication de L'Origine des espèces de Charles Darwin, qui sera célébré le 24 novembre prochain ?

 

Le PG se définit comme un parti « total » : parti creuset des courants de la gauche écologique, socialiste et républicaine, parti de combat social, parti de conquête et d’usage du pouvoir politique, parti de transformation radicale de la société pour l’émancipation de la personne humaine. C’est ainsi que le PG n’envisage pas l’action politique sans l’implication populaire permanente et se définit, par conséquent, comme un parti d’éducation populaire.

 

Le PG s’intéresse donc de près à la science. Pas pour se mêler du contenu de la recherche scientifique, mais pour contribuer à sa diffusion. Ainsi, se félicite-t-il des nombreuses manifestations qui ont été programmées dans notre pays dans le cadre de « l'année Darwin » qui ont permis au grand nombre d’avoir accès à une meilleure compréhension d’une théorie, formalisée dans L'Origine des espèces, et enrichie par les apports de la génétique au XXe siècle. Seul socle scientifique d'explication de l'évolution des organismes vivants, elle est un pas de géant dans l'histoire de l'Humanité, dans sa marche pour la connaissance scientifique, mais aussi pour son émancipation, permettant une compréhension de l’évolution libérée des croyances et des idéologies.

 

Mais le PG se doit aussi d’intervenir lorsque sont remises en causes les conditions politiques et matérielles qui garantissent l'indépendance et la laïcité de la recherche, de l’université et de l'école. Or, la théorie darwinienne de l’évolution est aujourd’hui violemment remise en cause par une offensive sans précédent menée à l’échelle mondiale par le mouvement créationniste. Rassemblés derrière l’idéologie de l'Intelligent Design (le Dessein Intelligent – I.D.) les tenants de ce nouvel obscurantisme ne se contentent pas de mettre en cause le darwinisme, mais au travers de lui, ils ont décidé de saper les fondements même de la méthode scientifique définis par les Lumières.

 

C’est une véritable contre révolution idéologique, correspondant parfaitement aux exigences doctrinales du capitalisme contemporain. Ce dernier a - depuis la fin des années 1970 - imposé ses normes productivistes et mercantiles à la totalité des rapports humains, jusque dans les relations les plus intimes de l'homme au monde. Conscients du risque des confrontations sociales que ce nouvel âge du capitalisme provoque pour opérer sa mutation, les théoriciens libéraux se sont mis au travail dans les années 1980 pour dessiner une nouvelle représentation d’un monde qu’il leur faut à tout prix ré-enchanter (inversant l’expression du sociologue Max Weber qui au début du XXe siècle analysait le caractère désenchanté du capitalisme de cette époque). Les théories du post modernisme, de la Fin de l’Histoire, du Choc des civilisations, sont les formules les plus célèbres de cette intense activité idéologique dont l’intention commune est de substituer à la conscience collective des classes sociales, d’autres repères relevant d’un imaginaire collectif moins révélateur de la réalité du modèle économique. Ainsi, pour obscurcir la vision d’un monde plus inégalitaire que jamais, où les rapports entre les classes sociales n’ont jamais été aussi durs, il est vital pour le capitalisme d’inventer des tribus modernes essentiellement définies par des différenciations modes de consommation, de faire ressurgir les grandes civilisations hiérarchisées héritées des temps moyenâgeux, d’exalter le lien social irremplaçable des communautés religieuses (« le curé plutôt que l’instituteur » selon Nicolas Sarkozy)…

 

L’Intelligent Design trouve sa place dans ce fatras idéologique indispensable à la survie de l’hyper-matérialisme mercantile du capitalisme contemporain, dont le caractère parfaitement amoral est apparu à l'occasion de la crise mondiale du système. Les fondements matérialistes de la théorie darwinienne de l'évolution apparaissent comme un danger mortel, puisqu'ils contribuent depuis 150 ans à désacraliser l'homme et son évolution.

 

Il s’agit bel et bien d’une bataille politique.

 


Article publié dans A Gauche (hebdo du Parti de Gauche) n°1189 - 6 novembre 2009

A lire aussi : mon article sur le même thème publié sur le site national du Parti de Gauche

 

 

Le Dessein Intelligent en bref

L'idéologie de l’I.D. ne nie pas frontalement ni le temps géologique, ni le principe de l'évolution des espèces. Mais l'évolution qu'elle retient n'est pas celle définie dans la théorie darwinienne qui repose sur le hasard, la variation indéterminée des traits héréditaires, et la sélection naturelle par adaptation au milieu. Au nom d'une démarche prétendument expérimentale, accréditée par des « spécialistes » de la génétique ou de la paléontologie, les idéologues de l'I.D. se concentrent sur des exemples particuliers, comme certains systèmes biologiques considérés par eux comme sont trop complexes pour être le résultat de l'évolution (thèse de la « complexité irréductible ), afin d'insinuer le doute sur l'ensemble de la théorie darwinienne. C’est l'argument central : si un seul exemple de système biologique observé vient à échapper à la théorie darwinienne de l'évolution, alors c'est bien sûr l'ensemble de la théorie qui s'effondre. La brèche est alors ouverte pour d'autres explications, impliquant une intervention divine ou intelligente dans la création et l'évolution de la vie. Cette thèse, qui tient beaucoup du sophisme et repose sur beaucoup d'approximations dans les exemples décrits, est rejetée par une immense majorité du monde scientifique.

 

Publié dans Des idées à la pelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article